Un peu, beaucoup, tendrement, passionnément, à la folie. Pas du tout.

  • Marthe au foyer !

    Publié le 11 décembre 2014
  • Patatras en famille.

    Publié le 4 novembre 2014
  • Renée Brock : “Chanson de la Fille d’Amsterdam”

    Publié le 30 octobre 2014

    La répétition des [o] et des [am] — l’eau, la peau et l’âme, l’âme qui se damne en Amsterdam… — crée une atmosphère presque obsessionnelle, un peu à la façon d’un promeneur, ou plutôt d’une prostituée (dans cette ville où « tout est vendu », à commencer par les corps) errant au hasard des rues, des ponts, des canaux.

  • Henri Thomas : “Rue Monsieur-le Prince, le soir”

    Publié le 30 octobre 2014

    Une poignée d’octosyllabes pour nous ramener du côté d’une jolie rue de Paris, où il arrive à la police de tuer un étudiant, où vécut Blaise Pascal et où Les Trois Luxembourg continuent de briller dans une nuit à la Modiano. Les lapins, fussent-ils aussi pascaliens (ah ! ce cachot qu’est toute condition humaine !) que ceux d’Henri Thomas, moi, j’en ai jamais vus ; je guetterai mieux les soupiraux une prochaine fois…

  • Victor Hugo : “Soleils couchants”

    Publié le 30 octobre 2014

    Ce morceau de poème s’élève dans l’éther et déploie ses étages de nuages, qu’il nous est si souvent arrivé de transformer par l’imagination en des choses ou des êtres invraisemblables. La tête dans les nuées, ce Hugo de vingt-neuf ans ne fait pas autre chose : il y voit une ville dont le plan si vite et si joliment esquissé apparaît comme la reproduction de son ambition, la planification démesurée de sa rêverie poétique. Victor Hugo est une ville antique avec ses escaliers, ses ponts, ses tours, qui s’élèvent comme une île de l’air par-dessus le monde. Ces nuages sont un miroir de son esprit.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40

Réalisation : Philmass | Adaptation du Theme Keepitsimple pour SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © styleshout sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License